Brève

Le prix Galien 2017 récompense Darzalex, Revestive, Entresto et EOS

Par
Publié le 07/12/2017
visuel Galien

visuel Galien
Crédit photo : arnaud janin

L'édition 2017 du prix Galien distingue des laboratoires internationaux investis depuis longtemps dans la recherche. Dans la catégorie Médicament, on remarque l'absence de laboratoires français dans le palmarès. Comme thérapeutique hospitalière, le Darzalex® (daratumumab) des laboratoires Janssen reçoit donc le prix Galien. C'est le premier anticorps monoclonal développé dans le traitement du myélome multiple. Il cible la protéine CD38. En monothérapie, le taux de réponses globales+partielles s'établit à 29 %. A ce jour, le daratumumab dispose d'une AMM en monothérapie chez les patients en rechute ou réfractaires et qui ont reçu précédemment un inhibiteur de protéasome et un immunomodulateur. En avril 2017, l'indication a été étendue aux associations daratumumab, lenalidomide et exabethazone ou bortezonide et dexamethazone. Actuellement le daratumumab est disponible en ATU.

Dans la catégorie maladies rares et orphelines, le Revestive® (teduglutide, laboratoires Shire) a été distingué par le jury. Analogue du glp-2 (glucagonlikepeptide), il est indiqué chez l'adulte et l'enfant âgé de plus de un an, présentant un syndrôme du grêle court. Cette maladie rare touche en France 300 adultes et 70 enfants qui nécessitent une nutrition parentérale. Chez l'adulte, l'infarctus mésentérique est l'étiologie la plus fréquente. Chez l'enfant, on retrouve des anomalies congénitales, une entérocolite ucéro-nécrosante du prématuré. Ce syndrome exige une nutrition parentérale pendant des années, voire parfois à vie. Mais grâce à ce traitement de rupture, le sevrage peut être envisagé chez certains d'entre eux.

Dans la catégorie thérapeutiques ambulatoires, le jury a récompensé Entresto® (laboratoires Novartis), association d'un nouvel inhibiteur de la neprelysine et du valsartan, un antagoniste des récepteurs angiotensine 2. Dans l'étude pivot de phase III, Entresto permet une réduction de risques de mortalité cardio-vasculaire, de 16 % de la mortalité toutes causes confondues. La qualité de vie est par ailleurs nettement améliorée.

Enfin, dans la catégorie Dispositif médical, le prix Galien a été attribué au dispositif EOS® dédié aux pathologies ostéoarticulaires et orthéopédiques. Cette innovation réduit la dose reçue par le patient de 50 à 85 % comparé au système standard. Autre avantage, la durée de l'examen est limitée à quatre minutes. A ce jour, le système EOS Imaging dispose de cinq filiales dans le Monde. Véritable réussite commerciale, le système est commercialisé dans 51 pays.


Source : decision-sante.com