Brève

Affaire Levothyrox, ah si j’étais juge...

Par
Publié le 16/11/2017
visuel Levothyrox

visuel Levothyrox
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Faut-il nommer sine die le président du tribunal de grande instance de Toulouse à la tête de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé ? Alors que les experts scientifiques s’échinent à démêler les fils de l’affaire Levothyrox et à comprendre la survenue en rafale des effets secondaires à la suite du changement d’excipients, les juges de Toulouse ont résolu l'affaire en deux temps, trois mouvements.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.