Attentats, cellule d’aide psychologique : premier bilan

Publié le 19/11/2015

« J’avais prévenu les internes en psychiatrie le 2 novembre dernier lors de leur arrivée dans le service qu’ils seraient peut-être amenés à prendre en charge des victimes du terrorisme. Je ne pensais évidemment pas que le réel nous rattraperait si rapidement », témoigne le Dr Nicolas Dantchev (cellule d’aide médico-psychologique Hôtel-Dieu). Certes, le dispositif mis en place ne relève pas encore de la routine. Mais il n’est plus malheureusement expérimental. « En cas d’attentats, nous avons vocation à accueillir 200 consultants par jour.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.