Cancer de la prostate, l’accès à une innovation bridée

Publié le 24/03/2016
La prescription d’un traitement efficace en cas de métastases osseuses est entravée en France en raison de l’avis délivré par la Commission de transparence. Explications.

Longtemps en pointe en matière d’accès à l’innovation, la France accuse désormais un certain retard, du moins dans certaines aires thérapeutiques. Les obstacles à la prescription de Xofigo (dichlorure de radium, laboratoires Bayer) illustre in vivo ces difficultés. Ce produit, radio-isotope, représente pourtant une nouvelle option pharmaceutique. Il est indiqué chez les patients porteurs d’un cancer de la prostate résistant à la castration et présentant des métastases osseuses symptomatiques. Dans cette situation clinique, la survie à cinq ans s’élève à 3 %.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.