Cancer de la prostate, une qualité de vie globale conservée

Par
Publié le 17/11/2016
Les symptômes urinaires et sexuels sont plus fréquents chez les patients traités pour un cancer de la prostate localisé après dix ans. Il n’a pas été noté de différence en revanche avec des témoins sur la qualité de vie globale. Explications.
visuel cancer de la prostate

visuel cancer de la prostate
Crédit photo : IMM-GARO/PHANIE

Faut-il dépister le cancer de la prostate alors que la HAS estime défavorable la balance bénéfice-risque ? Le sur-diagnostic représente-t-il un danger pour ce cancer le plus fréquent chez l’homme ? Une étude parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (39-40 du 15 novembre 2016) nuance les effets des traitements à long terme sur la qualité de vie. Jusqu’à présent, les essais disponibles étaient limités à un suivi à court ou moyen terme (1 à 5 ans). Une étude Qalipro étudiant un spectre étendu de critères a ainsi été menée en 2011.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.