Cancer de l’ovaire, l’oncogénétique obligatoire

Publié le 31/03/2017
La mise sur le marché d’un inhibiteur de Parp a modifié la prise des patients présentant un cancer de l’ovaire. La recherche d’une mutation des gènes BRCA1 et BRCA2 est désormais indispensable. Le parcours de soins en est modifié. Mode d’emploi.

Le parcours des patientes présentant un cancer de l’ovaire doit désormais intégrer une consultation en génétique oncologique. 4 500 à 4 800 patientes sont concernées chaque année ; Une récente publication de l’Institut national du cancer (Inca)* en précise les modalités. L’autorisation de mise sur le marché européen de l’olaparib (lynparza®, laboratoire AstraZeneca) a modifié la prise en charge de ce cancer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte