Chimiothérapies, des dépenses concentrées sur un petit nombre de molécules

Par
Publié le 22/06/2017
La facture du cancer continue à croître tant pour le coût de l’hospitalisation que pour la délivrance de médicaments innovants. En 2015, les thérapies ciblées concentrent l’essentiel des dépenses. Décryptage.
     Destruction ciblée d'une cellule cancéreuse.

Destruction ciblée d'une cellule cancéreuse.
Crédit photo : SPL/PHANIE

L’activité de chimiothérapie progresse dans l’Hexagone. En 2015, 308 634 personnes ont été traitées par cette thérapie, soit une augmentation de 12,3 % depuis 2010. L’activité est toutefois concentrée à 80 % sur l’appareil digestif (25 %), le sein (20 %), les hémopathies malignes (17,7 %) et l’appareil respiratoire (15,4 %). Le nombre de séances ne connaît pas de pauses avec une croissance de +4,3 % entre 2014 et 2015. En oncologie, les CHU ne sont pas en situation dominante. Ils sont classés en troisième position derrière les cliniques privées et les centres hospitaliers.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.