EIG

Circuit du médicament, cherchez l'erreur

Par
Publié le 30/09/2021
Face à la problématique de l'erreur médicamenteuse, différents outils prennent en compte la sécurisation du circuit du médicament. Mais leur efficacité est remise en cause par leur manque de coordination et d'évaluation. Le numérique permettra-t-il d'y remédier ? Éléments de réponses avec le Dr Mohamed Benaissa, pharmacien hospitalier*.

En France, 10 000 décès par an pour un coût approximatif de 400 000 euros sont recensés. En mars 2017, l'OMS a lancé une initiative pour réduire de 50 % les EIG dans le monde au cours des cinq années suivantes. Ce qui pêche, c'est le système de déclarations du système de santé français. « Les freins viennent de la peur de la sanction », explique Mohamed Benaissa, pharmacien hospitalier au centre hospitalier d'Apt (Vaucluse)*. En témoigne le nombre d'EIG recensés par la Haute Autorité de santé (HAS) dans son rapport de 2019 : 1 600 à 1 800 cas.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.