Équipement lourd

De l’achat à l’exploitation à la demande

Publié le 13/05/2016
Si la France accuse toujours un retard remarquable en matière d’acquisition de matériel lourd, elle rivalise désormais avec ses voisins en termes de modes de financement de ces composants (Scanners, IRM, etc.). Cette mutation peut-elle enfin libérer un marché réglementé en France par le Sros et conditionné par les restrictions budgétaires qui traversent le secteur médical et poussent à la rationalisation de moyens et donc de la recherche de nouveaux modèles de financement ?

Sous le ciel de l’équipement en matériel lourd, rien de nouveau ? La tentation serait grande de répondre par l’affirmative en France tant le rythme d’installations de nouveaux composants relevant de ce domaine reste lent. Au fil des congrès de la Société française de radiologie (SFR), les spécialistes et les observateurs dénoncent, à l’unisson, cette pâle figure de l’Hexagone.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte