Brève

Dix départements supplémentaires vont passer au couvre-feu à 18 heures

Par
Publié le 07/01/2021
Véran

Véran
Crédit photo : arnaud janin

C'était attendu. Avec un nombre de contaminations demeurant aux alentours de 15 000 par jour, les restrictions sanitaires demeurent. Musées, cinémas, théâtres vont rester fermés jusqu'à début février a minima, les salles de sport, restaurants et bars jusqu'à la mi-février. Le couvre-feu est prolongé au moins jusqu'au 20 janvier. Celui à 18 heures déjà imposé dans plusieurs départements de l'est de la France est même renforcé dans une dizaine d'autres. Les mesures de soutien et d'accompagnement économique et social de ces structures sont maintenues. D'où l'affirmation de Jean Castex selon la vaccination est "la priorité numéro 1 du gouvernement". Alors que 45 000 personnes ont été vaccinées en France avec le vaccin Pfizer, les pouvoirs publics qui ont fait l'objet de beaucoup de critiques ces derniers jours souhaitent accélérer les vaccinations. À partir du 18 janvier, les personnes âgées de plus de 75 ans pourront recevoir leur première injection. Autre changement, le délai entre la première dose et la seconde dose injectées est prolongé de trois à six semaines. Ce qui permettra à plus de personnes de se faire vacciner. Pour l'instant, 1,46 million de doses Pfizer ont été livrées. L'objectif est une fourniture de 500 000 doses par semaine. Pour le deuxième vaccin Moderna, 100 000 doses arriveront avant la fin janvier, 500 000 en février, 1 million en mars et en avril et 2 millions en mai et juin. Six centres de vaccination seront opérationnels dans chaque département fin janvier. 1 million de personnes seront vaccinées fin janvier, c'est en tout cas l'objectif du gouvernement. Après les résidents des Ehpad, le gouvernement appelle à simplifier le parcours vaccinal, avec notamment un questionnaire rapide en guise de pré-vaccination. Autre inquiétude du gouvernement, la propagation du virus muté anglais (40 à 70 % plus contagieux que le premier virus) a été retrouvée sur 19 cas seulement. Dès qu'un test s'avère suspect, il est envoyé pour analyse sur les plateformes de séquençage. Toutefois, pour l'instant seuls 19 cas ont été recensés.


Source : decision-sante.com