François Hollande dit merci aux urgentistes

Publié le 03/06/2016

« Ce n’est pas un congrès comme les autres », a reconnu François Hollande ce vendredi 3 juin lors du dizième congrès de médecine d’urgence à Paris. L’année 2015 a bien été une année terrible pour les urgentistes en tension permanente après les attentats de janvier et novembre dernier. Avec cette intervention présidentielle, la médecine d’urgence accède toutefois au rang de spécialité d’État. Cette exposition ne s’explique pas seulement pour des raisons seulement médicales.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.