Genvoya® dans l’infection à VIH réduit la toxicité osseuse et rénale.

Publié le 12/05/2016
Avec Genvoya® (laboratoire Gilead), le clinicien disposera dans les prochains mois d’une nouvelle option thérapeutique dans la prise en charge d’une infection à VIH.

Crédit photo : BURGER/PHANIE

C’est la première combinaison thérapeutique à inclure le ténofovir alafénamide (TAF) avec l’emtricitabine, le cobicistat, l’elvitégravir. Le TAF est une nouvelle prodrogue du ténofovir, optimisée. Le cahier des charges avait pour objectif d’accroître la concentration intracellulaire du ténofovir dans les cellules infectées par le VIH avec dans le même temps une réduction de 90 % de sa concentration plasmatique. Ces modifications pharmacocinétiques se traduisent en clinique par une réduction de la toxicité rénale et osseuse observée avec le ténofovir, confirmée par les études cliniques.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.