La HAS veut bouger

Par
Publié le 09/02/2017
A peine réélue pour six ans à la tête de la Haute Autorité de santé, le professeur Agnès Buzyn (HAS) a réservé ses projets de nouvelle mandature aux membres du groupe santé de Sciences Po.
visuel Buzyn

visuel Buzyn
Crédit photo : GARO/PHANIE

Il s’agissait donc bien, pour cette première rencontre de la présidente de la Haute Autorité de santé nouvellement renommée, de faire part de ses analyses politiques et stratégiques. Face à des spécialistes et amateurs de science politique, la présidente a rappelé que la HAS est en train de se renouveler. Aujourd’hui la HAS fonctionne avec 400 collaborateurs, un tiers du personnel par champ d’activité. Le Collège de 8 membres doit faire la place à un fonctionnement paritaire entre hommes et femmes « pour qu’il soit plus représentatif de la société ».

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.