Entretien avec David Caumartin, DG des laboratoires Theraclion*

« Nous ne sommes pas en train de décrocher, nous sommes largués »

Publié le 29/03/2018

David Caumartin, Dg de Théraclion, ne pratique pas la langue de bois. Dans cet entretien, il dénonce les freins administratifs à l’innovation mais surtout le fossé culturel avec les pays anglo-saxons. La France arrivera-t-elle à changer dans ce domaine de logiciel ?

David Caumartin

David Caumartin
Crédit photo : Sébastien Toubon

Si c’était à refaire, on ne le referait sûrement pas. Nous avons demandé le forfait innovation parce que l’on s’entendait très bien avec la DGOS et la HAS. Aujourd’hui, après deux ans, quel est le bilan ? 50 % des patients ont été recrutés dans l’étude multicentrique pour la FDA. En France, on n’a pas encore traité un seul patient. Comment expliquer cette différence ? La HAS a imposé un essai randomisé sur 12 sites qui fait fuir les praticiens. La FDA a demandé une étude simple prospective aux États-Unis. Cherchez l’erreur. Aux États-Unis, toutes les compétences sont représentées.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.