Cancer du rein métastatique

Nouveau changement de paradigme… Place à la bithérapie

Par
Publié le 14/10/2019
La prise en charge des patients atteints de cancer du rein à cellules claires avancé ou métastatique (CCRm) en première ligne de traitement a connu un énorme progrès en termes de survie globale et de rémission complète grâce à l’arrivée de checkpoints inhibiteurs dans la stratégie thérapeutique. Cela change complètement la prise en charge des malades et leur pronostic.
cancer

cancer
Crédit photo : JIM VARNEY/SPL/PHANIE

Aujourd’hui, l’association d’anti-angiogénique, traitement utilisé auparavant en monothérapie des cancers du rein avancés, à des anti-PD1 ou anti-PDL1, ou de 2 immunothérapies entre elles anti-CTLA4 + anti-PD1, change la donne. « Il y a dix ans, la médiane de survie des patients était de 1 an et aucune rémission complète n’était observée. Aujourd’hui, 10 % des patients sont en rémission complète avec l’association ipilimumab (I)+nivolumab (N) voire 15 à 20 % lorsque les patients sont bien sélectionnés, a expliqué le Dr Bernard Escudier (Gustave-Roussy, Villejuif).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.