PLFSS 2023

Thierry Hulot, président du Leem : « La clause de sauvegarde est un impôt qui ne dit pas son nom »

Par
Publié le 27/10/2022
Avec le PLFSS 2023, l'enveloppe du médicament devrait être inférieure de 3 milliards d'euros, en dessous des besoins réels des patients. C'est toute la chaîne du médicament qui est ainsi fragilisée, depuis les innovations thérapeutiques jusqu'aux produits matures encore produits en France. Comment dans ce contexte rebondir ? En inventant un nouveau mode de financement du médicament, avance Thierry Hulot.
Thierry Hulot, président du Leem

Thierry Hulot, président du Leem

Quel bilan dressez-vous du PLFSS 2023 avant le recours au 49-3 ?

Quelle perte de temps ! On nous dit que l’on a obtenu gain de cause. Mais que cela signifie-t-il en pratique alors que ces articles n’avaient pas lieu d’être ! L’administration a, et c’est notre souci, rédigé son texte sans aucune concertation. Certes l’intention de certains articles n’était pas critiquable. Mais la rédaction s’est révélée contre-productive. Si l’on s’était mis, avant la fin de septembre autour d’une table au début de l’été, le texte aurait été meilleur.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.