Brève

Novartis achète les droits d'un anti PD-1 auprès d'un laboratoire chinois

Par
Publié le 21/01/2021
labo

labo
Crédit photo : VICTOR DE SCHWANBERG/SPL/PHANIE

Les biotechs chinoises multiplient les accords de licence avec les big pharma occidentales. Après Harbor BioMed qui avait cédé en décembre dernier son programme Covid à Abbvie, c'est au tour de BeiGene de signer un accord de partenariat avec Novartis. Le géant suisse met ainsi la main sur un anti-PD-1, le tislelizumab pour la somme de 650 millions de dollars. Le montant de la transaction pourra aller jusqu'à 1,55 milliard de dollars en cas de succès des différentes étapes menant jusqu'à la commercialisation. Le candidat-médicament avait déjà été cédé à Celgène. Mais l'accord avait été dénoncé au moment de l'acquisition de Celgene par Bristol Myers Squibb qui développe l'Opdivo®. Ce partenariat hypothèque l'avenir du projet anti PD-One de Novartis, le spartalizumab, qui n'avait pas atteint ses objectifs en août dernier dans le mélanome. Demeure à ce jour le défi à rattraper les leaders américains, MSD et BMS. À ce jour, le tislelizumab a obtenu un succès au cours d'un essai de phase III dans le cancer du poumon non à petites cellules. Il bénéficie d'une AMM uniquement en Chine. 


Source : decision-sante.com