Pancréas artificiel, une innovation de rupture

Publié le 10/03/2016
Après le cœur artificiel, des équipes françaises se sont lancées dans la course au pancréas artificiel. Le dispositif hexagonal dénommé Diabeloop destiné aux diabétiques de type I n’est pas le premier. Mais il disposerait d’avantages compétitifs comme une miniaturisation plus performante et un encadrement humain moins développé dans les projets concurrents. Une obtention du remboursement est envisagée en 2019.

Crédit photo : PIXOLOGICSTUDIO/SPL/PHANIE

Le projet est né d’un constat. Le contrôle de la glycémie 24 heures sur 24 se révèle difficile en pratique. Comment libérer les patients et leur rendre l’insouciance d’avant le diagnostic ? Les pompes à insuline externes dans les années quatre-vingt ont constitué la première étape vers l’automatisation. La pompe délivre l’insuline à la demande. Ce qui réduit le nombre d’injections. Il revient toutefois au patient de décider de la dose d’insuline. Actuellement 18 % des diabétiques de type I sont équipés en France, soit environ 40 000 personnes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.