Que faire de l'incidentalome génétique ? L’urgence de recommandations d’harmonisation des pratiques

Par
Publié le 15/10/2018

« En recherchant le profil génétique d’une tumeur pour l’attaquer de manière ciblée en traquant une prédisposition familiale de type BRCA, on peut aussi lire d’autres anomalies − à condition qu’on en connaisse la signature génétique − débordant largement de la recherche initiale. C’est ce qu’on appelle une donnée secondaire, » explique le Pr David Geneviève, cofondateur de la SFMPP et responsable du département de génétique médicale clinique.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.