Transplantation d’un microbiote fécal

Publié le 02/06/2016
Une première vient d’être réalisée avec succès au Chu de Brest. Les infections résistantes à clostridium difficile sont à ce jour la principale indication. Décryptage.

Crédit photo : TEK IMAGE/SPL/PHANIE

Première au CHU de Brest, une transplantation de microbiote fécal vient d’être réalisée avec succès. Alors que le patient présentait une diarrhée persistante depuis trois mois, le transit a été normalisé en 24 heures après la transplantation du microbiote fécal. La procédure a fait l’objet d’un strict encadrement dans un document de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) en mars 2014. Elle repose sur l’instillation par voie digestive du microbiote fécal d’un donneur sain.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.