Disparition

Pierre Le Mauff, le patron respecté

Par
Publié le 13/01/2022

Pierre Le Mauff était un grand hospitalier qui exerça les fonctions les plus reconnues. Directeur général de CHU, il dirigea celui de Bordeaux dans les années quatre-vingt-dix après bien d’autres établissements. Il fut élu président de la conférence des directeurs généraux de CHU. Les temps n’étaient sans doute pas plus faciles qu’aujourd’hui. Mais les directions étaient puissantes, craintes et respectées. De toute façon, l’homme n’aurait pas faibli, ni transigé sur l’essentiel. Déjà pointaient des réformes administratives prometteuses. « Une réforme en cache souvent une autre », aimait-il prophétiser. Son temps fut celui des budgets globaux, puis des tentatives « d’allocation de ressources éclairées », des agences régionales de l’hospitalisation. À leur propos, il fut l’auteur de la formule qui fit florès « de préfet sanitaire », lancée pour marquer son terrain face au nouveau directeur d’ARH. C’était le temps du Président Chirac et du Premier ministre Juppé qui devint le maire de Bordeaux et président de son hôpital. Bon historien, il accueillit, dans cette même période, le ministre de la Santé Jacques Barrot par ces mots savoureux : « Notre modèle est mis à mal par l'application de la réforme hospitalière. Nous sommes vos fantassins, façon chemin des Dames plus que Verdun. Nos pantalons garance font de nous des cibles commodes. Monsieur le Ministre rassurez-nous ! ». Il avait du mordant quand ses collègues étaient des cibles. Finalement, il fut un vrai patron qui écrivit une belle page de l’histoire du temps présent de l’hôpital ! Car il était républicain et social, respectueux de la loi et de la décision quand l’essentiel était préservé : l’hôpital et son idée du service public, de sa responsabilité sociale et économique de premier employeur de la région. Il avait aimé l’enseignement dans « son » école de Rennes parce qu’il savait transmettre et respecter les idées et les débats. En grand Sage, il coprésida le Comité d’experts de Décision Santé avec le Pr Claude François Degos. C’était une tentative « osée » en santé de cogouvernance entre médecins et directeurs. Il en resta jusqu’à son décès à 90 ans, le 9 janvier 2022, président d’honneur. C’était un temps heureux qu’il partageait avec ses condisciples Gérard Vincent, Édouard Couty, Jean de Kervasdoué… Les directeurs et directrices de la génération suivante furent ses élèves. La période est triste et nostalgique.

Retrouvez ici une interview de Pierre Le Mauff réalisée par Décision Santé en 2010.


Source : decision-sante.com