ARS et établissements de soins, vers le ras-le-bol ?

Publié le 12/09/2017
Sept ans après leur création, les agences régionales de santé (ARS) suscitent toujours des critiques. Le passage à treize régions et la création des GHT ont même relancé la grogne. Si personne ne remet en cause leur existence, beaucoup pensent que les ARS sont devenues des monstres technocratiques qui se mêlnte de tout… sauf de régulation. C’est pourtant là qu’elles sont attendues.

« Cette réforme n’est pas achevée et génère des insatisfactions », expliquait Claude Evin, alors directeur général de l’ARS Ile-de-France le 1er avril 2015, lors du colloque « Les ARS, cinq ans après », organisé par la Chaire Santé de Sciences Po Paris. Qu’en est-il deux ans après ? Pas mieux ! Voire pire ! Entretemps, seize ARS ont dû fusionner et se réorganiser sur des territoires toujours plus vastes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte