Des observateurs bien intentionnés se sont finement interrogés sur l'intérêt de commander un nouveau rapport autour de la crise des urgences hospitalières à un certain François Braun, référent santé d'Emmanuel Macron lors de la dernière campagne présidentielle. Tout avait été pensé, envisagé, écrit sur cette matière inflammable. En fait, comme parfois en politique, la mission relevait de l'entretien d'embauche. Et a permis d'éviter le recours à un cabinet de recrutement pour engager un nouveau ministre.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.