Cancérologie, le secteur public progresse au détriment du secteur lucratif

Par
Publié le 16/02/2017

Est-ce la faute aux difficultés économiques ou à la mise en œuvre des seuils d’activité minimale conditionnant la délivrance d’autorisation ? En tout état de cause, entre 2005 et 2012, le nombre d’établissements pratiquant la chirurgie des cancers a baissé selon une étude de l’Irdes*. Il chute de 1 057 à 924 structures. Dans le même temps, la chimiothérapie progresse (+32 nouveaux centres). La fermeture des blocs chirurgicaux concerne surtout les petits établissements privés lucratifs. Vingt pour cent d’entre eux ont cessé leur activité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte