Brève

Classement du Point, le Samu de Paris décroche

Par
Publié le 23/08/2018
Samu

Samu
Crédit photo : BURGER/PHANIE

« De très mauvais chiffres, bien loin de la devise du Samu : "Chaque appel compte, chaque seconde compte" », indique Le Point qui a réalisé une enquête fouillée sur les appels du Samu. Ces résultats ont été collectés à partir de la base de données de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE). En 2016, 4,6 millions d'appels téléphoniques de patients n'ont pas eu de réponse des opérateurs du Samu, sur les 29,2 millions d’appels passés aux 101 centres de régulation. Les établissements les plus mal classés sont le Samu de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe, dernière place) et celui de Paris (avant-dernière) avec moins d'un appel décroché sur deux. Pis, le taux d'appels décrochés dans la minute n'a pas été communiqué pour celui de Pointe-à-Pitre et celui de Paris atteint 36,4 %. Pis encore, seuls 20 Samu sur 101 respectent les recommandations que 99 % des appels soient pris par les assistants de régulation médicale en première ligne quand le téléphone sonne. La moyenne du taux de décrochés moyen ne se situe qu'à 84 %. Le Samu de Strasbourg qui est à l'origine de l'affaire Naomi Musenga obtient un taux d'appels décrochés de 77,9 % et un taux d'appels décrochés en moins d'une minute de 70 %. À leur décharge, ces trois Samu ont un nombre d'appels par ARM et par heure assez élevé (Pointe-à-Pitre : 20,7; Paris : 14,63 ; Strasbourg : 14,51). A l'autre bout du classement, dans les Samu les mieux classés qui ont un taux brut de 100 % d'appels décrochés, les ARM sont bien moins chargés, avec des taux variant de 4 à 11 appels maximum par heure.


Source : decision-sante.com