Frédéric Pierru : « Sa blouse blanche de médecin compte moins aujourd’hui que son costume de politique »

Par
Publié le 01/12/2020
Véran

Véran

J’ai croisé Olivier Véran à différents moments de son engagement. La première fois au cours d’un débat organisé, je crois à Grenoble, il était l’un des chefs de file du syndicat. Il tenait alors un discours très critique contre la politique menée par Nicolas Sarkozy autour de la réduction des lits, des conditions de travail. La seconde fois, il venait juste d’être élu député suppléant et participait au master de Science-Po organisé par Didier Tabuteau au sein duquel je donne des cours. Dans son mémoire, il mettait en doute l’existence et la réalité d’une désertification médicale.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.