Le plaisir de maigrir expliquerait l’anorexie

Publié le 09/06/2016

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

L’anorexie n’a bénéficié au cours des dernières années d’aucune avancée pharmacologique. D’où l’idée de revoir les critères cliniques de la maladie afin d’envisager de nouvelles pistes de recherche. À ce jour l’anorexie est définie par une restriction alimentaire menant à la perte de poids, une perception déformée du poids et une peur intense de grossir. Or ce dernier signe admis par la communauté scientifique internationale est remis en cause par une équipe Inserm 894 de l’Université Paris Descartes et du centre hospitalier Saint-Anne.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.