Nicolas Bonnemaison condamné à deux ans de prison avec sursis

Publié le 29/10/2015

L’ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison était jugé en appel à Angers pour sept empoisonnements de patients en toute fin de vie. Il a été condamné le 24 octobre dernier à deux ans de prison avec sursis par la Cour d’assises du Maine-et-Loire. Il a été reconnu coupable d’avoir délibérément donné la mort à une patiente, Françoise Iramuno. Mais il a été acquitté pour les six autres patients pour lesquels il était jugé. En 2014, les jurés de la cour d’assises à Pau l’avaient acquitté en première instance.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.