Brève

Nièvre, Aube et Rhône, trois départements supplémentaires confinés

Par
Publié le 25/03/2021
Véran

Véran

« Il est trop tôt pour relâcher nos efforts, il est trop tard pour abandonner », s’est exclamé le ministre de la Santé lors de sa conférence de presse hebdomadaire du jeudi soir. Fatigué mais combatif, Olivier Véran a annoncé des mesures de freinage supplémentaires pour trois départements, le Rhône, la Nièvre et l’Aube. Et de répondre aux critiques de plusieurs médecins prônant un confinement plus strict : « Il n’y a pas un confinement, mais cinquante nuances de mesures de restriction. » Sans pour autant dédramatiser et de pointer l’aggravation de l’épidémie sur le territoire, mais toujours de façon hétérogène sur l’Hexagone. Le bilan est lourd : 45 000 contaminations ces dernières 24 heures, 7 000 malades du Covid dont 1 410 personnes en réanimation rien que sur l’Île-de-France. Sur cette région qui a déjà déprogrammé 35 à 45 % de ses activités chirurgicales, il lui faudra sans doute atteindre le seuil des 80 % et armer un total de 2 250 lits de réanimation. « Même si la situation est évolutive, le temps joue en notre faveur avec la prévention, le soin et la vaccination », a ajouté le ministre toujours optimiste. Près de 7 millions de personnes ont été vaccinées dont 2,5 millions ont reçu leurs deux doses. Quant aux plus de 75 ans, leur première injection leur a été administrée. Le taux grimpe à plus de 90 % chez les résidents des Ehpad. Samedi 27 mars, la vaccination des personnes âgées de plus de 70 ans va démarrer et les plus de 75 ans qui n’ont pas encore été vaccinés seront contactés par l’assurance maladie pour leur proposer un rendez-vous. D’ici la mi-avril qui correspondra à l’arrivée du vaccin de Janssen, plus de 10 millions de personnes devraient être vaccinées. Concernant les départements d’Outre-mer, le gouvernement a décidé l’envoi de doses supplémentaires par rapport aux volumes initialement prévus la semaine du 22 mars, soit 3 500 doses supplémentaires par territoire, à La Réunion, en Martinique, en Guadeloupe et à Mayotte, 5 850 doses en plus pour La Réunion la semaine du 5 avril et 6 000 doses supplémentaires par territoire, en Nouvelle-Calédonie, en Guyane et en Polynésie française. En Seine-Saint-Denis (93), un département très touché par la crise, 49 % de la population a été vaccinée. Concernant la polémique de la mairie de Cannes qui a ouvert la vaccination aux vaccins Pfizer et Moderna aux personnes de plus de 50 ans sans comorbidités, le ministre a regretté cette décision, soulignant le fait que sans doute des personnes de plus de 75 ans n’ont sans doute pas été encore vaccinées. Répondant à la critique des médecins demandant la fermeture des écoles, il a simplement indiqué que le gouvernement travaille sur un renforcement des mesures sanitaires, sans donner plus de précision. Dans les écoles, le dépistage par des tests salivaires se poursuit. 2 900 classes et 105 écoles ont été d’ailleurs fermées. Concernant le partenariat public-privé, les cliniques participent déjà à 22 % (versus 18 % lors de la première vague). Toujours volontaire et conformément à la volonté du président Macron de vacciner matin, midi et soir tous les jours, Olivier Véran a appelé au renfort des étudiants en médecine, des médecins jeunes retraités. Il vient même de signer un décret autorisant les infirmières à prescrire la vaccination. « Chaque décès est un drame. Ce qui me guide, c’est de sauver des vies. Nous ne désarmerons pas. La vie sans masque, je la souhaite le plus vite possible », a-t-il conclu.


Source : decision-sante.com