Brève

Olivier Véran : « Le virus circule moins vite, mais la charge hospitalière demeure forte »

Par
Publié le 19/11/2020
Covid-19

Covid-19
Crédit photo : Capture écran vidéo France Info 19 novembre 2020

Lors de la conférence de presse du 19 novembre, le ministre de la Santé Olivier Véran a usé de la métaphore, mais sans pour autant perdre sa gravité : « Ce n'est pas parce que le niveau de la marée est en train de baisser que l'on peut déjà sortir dans la rue. » Les 24 dernières heures, un patient est encore rentré en réanimation toutes les quatre minutes. 2 391 personnes ont été hospitalisées et 311 personnes sont rentrées en réanimation. Les services de réanimation sont saturés, voire sous très forte pression comme dans les deux régions les plus impactées Auvergne Rhône Alpes et Bourgogne Franche Comté : plus de 8 000 malades occupent les lits de réanimation, dont 4 653 patients Covid+. Le rythme des évacuations sanitaires s'accélère (152). Le R effectif est passé de 1,5 à 0,8 en un mois. Côté Ehpad, 1 600 soit plus d'un sur 5 est touché par la Covid. Les régions les plus impactées sont Nouvelle Aquitaine, Paca, Occitanie et les Hauts de France. Les établissements médico-sociaux ont enregistré 163 décès en une semaine. Très prochainement vont être distribués à ce secteur 1,6 million de tests antigéniques. L'objectif est que chaque professionnel de santé qui y travaille effectue au moins un test par semaine. Il restera incitatif et pas obligatoire. Autre nouveauté, les visiteurs en Ehpad devront remplir un autoquestionnaire pour déterminer s'ils ont besoin d'être testés ou pas. Enfin, Olivier Véran s'est dit vigilant sur les effets psychologiques du confinement qui touche l'ensemble de la population, citant les enfants, les étudiants, les personnes âgées et les personnes souffrant de troubles psychiques comme principalement affectés. Depuis le début de l'épidémie, 41 cellules d'urgence médico-psychologique ont assuré 8 000 prises en charge. 160 psychologues sont en cours de recrutement. Le numéro vert d'écoute (0800 130 000) reçoit 20 000 appels par jour. Et le ministre de la Santé de conclure : « S'il y a une chose qui n'est pas obligatoire en ce moment, c'est bien de ne pas être malheureux. »


Source : decision-sante.com