Dr Pierrick Couillerot, médecin coordonnateur GCS Nord 71, membre du comité régional HAD - ARS Bourgogne

HAD de territoire, la révolution silencieuse

Publié le 18/02/2016
Le vieillissement des populations et son cortège de pathologies chroniques, dont la dépendance, amplifie le besoin de structures adaptées et implique une (ré)volution des coordinations territoriales. C’est tout l’objet de la circulaire ministérielle de décembre 2013 qui fixe pour objectif un ambitieux doublement de l’activité HAD en quatre ans. Le territoire Nord Saône et Loire préfigure ce mouvement en abordant le sujet avec un esprit neuf et ouvert, orienté vers plus d’efficacité à coût raisonné.

Le succès d’une stratégie, particulièrement en santé, repose sur des objectifs partagés, objectifs et mesurables parmi lesquels :

- un territoire d’intervention correspondant à une population suffisante pour une viabilité économique (30 patients/jour pour 100 000 habitants).

- une zone de desserte autorisée avec, en contrepartie, la nécessité de couvrir tout le territoire y compris les zones rurales avec des antennes dans un rayon d’action maximum de 30 km.

- une diversification des modes de prise en charge, validant ainsi la notion d’HAD généraliste et polyvalente.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.