Responsabilité civile

La bonne santé financière de Relyens

Par
Publié le 14/04/2022

Crédit photo : BURGER/PHANIE

Tous les indicateurs en 2021 sont au vert pour Relyens. Le volume des primes collectées a grimpé de 4 % et s'élève à 952 millions d'euros. Pour la première fois le chiffre d'affaires a franchi la barre des 500 millions d'euros pour atteindre 521 millions. Ce qui représente une hausse de 6,8 %. Mais c'est le résultat financier qui affiche les meilleures performances du groupe avec 83,1 millions d'euros et une progression de 38,3 % par rapport à l'année 2020. Ce montant élevé s'explique certes par la reprise de la croissance économique en Europe mais surtout grâce aux cessions opérées par Sham Innovation Santé, la filiale d'investissement dans le capital-développement en santé. Dans le même temps, le niveau de sinistralité est en baisse. Il enregistre une contraction de -9,1 %, soit un montant de 444,6 millions d'euros. Au final le résultat net du groupe s'affiche à 30,7 millions d'euros, à comparer au résultat 2020 (-2,9 millions d'euros). Et obtient un ratio de solvabilité de 181 %. Cette bonne santé financière s'observe alors que Relyens dénonce depuis des années une « sous-tension tarifaire » sur le marché de la responsabilité civile médicale. En 2021, deux acteurs américains, CNA et AM Trust ont bien quitté l'Hexagone. Mais ce départ n'a pas entraîné une hausse des primes. Car le leader du marché mondial, Berkshire Hathaway, s'est aligné sur le même niveau de tarifs. D'où selon Dominique Godet, une persistance du déséquilibre du marché. Les autres marchés européens de Relyens, Italie, Espagne, Allemagne, ne sont pas concernés par cette guerre des prix. Mais ici et ailleurs s'opère la grande transformation du métier celui de l'assureur en risk manager, ne plus se limiter à réparer les dommages mais à anticiper les failles, prévenir les dangers. Ici le marché ne peut que progresser et générer de nouvelles recettes.


Source : decision-sante.com