Brève

Les hospitaliers soignent la peur au ventre

Par
Publié le 20/10/2016
visuel urgences

visuel urgences
Crédit photo : GARO/PHANIE

C’est le sentiment de fatalisme qui domine après la sauvage agression perpétrée le week-end dernier au service des urgences de l’hôpital de Tourcoing. Le sentiment est partagé par Patrick Pelloux, président de l’Amuf. Aujourd’hui aucune institution ou professionnel ne serait protégé de ce nouveau type d’invasion barbare. Les enseignants, les policiers et désormais les urgentistes sont envoyés au front. Mais lorsqu’ils se retournent, ils se retrouvent bien souvent seuls, lâchés au milieu du gué pour affronter cette violence le plus souvent gratuite. Que faire ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.