Brève

Réformes des urgences, Agnès Buzyn propose des pistes de réflexion

Par
Publié le 17/05/2018
visuel urgences

visuel urgences
Crédit photo : BURGER/PHANIE

« Dans 99,9 % des cas, fort heureusement, le Samu travaille merveilleusement », expliquait la ministre de la Santé Agnès Buzyn, après le drame survenu à Strasbourg le 27 décembre dernier. Une jeune femme était alors décédée plusieurs heures après avoir contacté le Samu et après avoir été raillée par une opératrice téléphonique. Une réunion en urgence a eu lieu lundi 14 mai entre la ministre et les représentants syndicaux des urgentistes. Une réflexion est entamée sur la formation des personnels, le respect des procédures et l'assurance qualité : « Tous les services devront travailler de la même façon, faire remonter les incidents et répondre correctement aux appels », a précisé la ministre. Une feuille de route sera présentée le 1er juillet. Toutefois, aucun moyen supplémentaire n'a été octroyé pour l'instant. La ministre mentionne un dysfonctionnement qui « révèle des failles dans l'organisation qu'il faut remettre à plat au sein d'un système qui fonctionne ». Comment s'organisera l'assurance qualité ? Par des retours d'expérience des professionnels, mais aussi par l'analyse systématique des enregistrements lors de la détection d'un problème, par exemple si un patient arrive dans un état inquiétant aux urgences après avoir tenté d'appelé sans avoir été pris en charge par une équipe de réanimation. Pierre Carli, président du Conseil de l'urgence hospitalière, demande à ce que ce suivi devienne une routine : « Comme on certifie les blocs opératoires, on certifiera les Samu très rapidement. Et ceci sécurisera considérablement la réception de ces appels. » Quant à Patrick Pelloux, il salue la décision de la ministre. Mais pointe « le besoin à long terme de discuter le fonctionnement des Samu et les moyens alloués ».


Source : decision-sante.com