Brève

CHU de Grenoble, un rapport à charge

Par
Publié le 11/01/2018
visuel Chu de Grenoble

visuel Chu de Grenoble
Crédit photo : ADAM GAULT/SPL/PHANIE

Les conflits recensés au CHU de Grenoble sont-ils un cas d’école isolé ? Ou bien sont-ils un exemple saillant de ce qui se déroule dans d’autres centres hospitaliers loin du bruit médiatique ? En tout état de cause, le rapport d’Edouard Couty, diffusé le 8 janvier dernier, révèle les failles d’un management « très orienté vers les problématiques budgétaires » avec « un décalage trop important entre le discours institutionnel et la réalité du terrain ». La réorganisation des blocs opératoires sur un nouveau plateau technique a par ailleurs provoqué « une situation de forte tension », illustrant une organisation et un management très centralisés. Mais au-delà de la responsabilité d’une direction, la lecture du rapport met aussi en lumière les nombreux conflits entre médecins, notamment dans les services de réanimation ou de néphrologie qui ont conduit à de grandes souffrances. Elles frappent en priorité des jeunes médecins fraîchement nommés à des postes importants, formés ailleurs dans d’autres Chu et ne disposant pas des codes de la culture maison. Il y a pour le moins des failles importantes dans la gouvernance médicale et des rapports entre médecins. Rappelons enfin que le rapport d’Edouard Couty a été commandé à la suite d’un suicide d’un jeune neurochirurgien très investi et reconnu par tous. La souffrance au travail chez les soignants est bien devenue une urgence médicale.


Source : decision-sante.com