Etudiants en santé, la révolte

Par
Publié le 13/04/2017
En rompant le silence, les internes, infirmières et aides-soignants dénoncent dans un livre des scènes de violence ordinaire dont ils sont victimes. Faut-il là aussi parler de banalité du mal ?

Le livre* a provoqué une déflagration dans les media grands publics. La souffrance au travail infligée aux étudiants en santé devient un sujet de société. Les témoignages recueillis par le Dr Valérie Auslender sont accablants. Depuis l’aide-soignant jusqu’à l’interne, l’exploitation, l’humiliation, les sévices sexuels relèvent ici de la maltraitance ordinaire. Mais faut-il vraiment s’en étonner et découvrir aujourd’hui le calvaire subi par ces jeunes hommes et jeunes femmes ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte