Brève

La CME de l'AP-HP présente son plan de refondation

Par
Publié le 11/06/2020
AP-HP

AP-HP
Crédit photo : GARO/PHANIE

Le Ségur de la Santé reprendra-t-il in fine toutes les propositions publiées pour nourrir le débat ? En attendant, la CME de l'AP-HP met sur la table un plan de refondation de l'hôpital public. Au-delà des revalorisations salariales des personnels non-médecins, le financement doit être revu. Dans le "nouveau monde", le qualitatif sera préféré au quantitatif. Fini l'impératif de productivité à "tout prix" en matière de soins, on optera plutôt pour des objectifs de sécurité et qualité des soins. La T2A sera réservée « aux seules activités pour lesquelles elle a un sens. La régulation volume d'activité/tarifs » sera proscrite en même que la concurrence délétère entre hôpitaux et cliniques. Dans le plan de refondation, la recherche clinique ne doit pas être oubliée. En matière d'investissements, l'investissement ne reposera plus sur le seul endettement des hôpitaux. Les recettes de poche comme la tarification des chambres individuelles seront bannies. C'est en effet un critère de qualité et de sécurité des soins. Comme la crise du coronavirus l'a illustré, l'organisation sera simplifiée et structurée autour de l'équipe de soins et du service "unité de base du management". Pour autant, soulignent les membres de la CME, l'unité de l'AP-HP a démontré sa pertinence. Sans surprise, le texte appelle à un allégement des charges administratives. Enfin, la crise a mis en lumière les inégalités territoriales avec deux départements, la Seine-Saint-Denis et le Val-d'Oise particulièrement touchés. « Un état des lieux des besoins, de la répartition des moyens et des inégalités d'accès à la santé doit être réalisé. »


Source : decision-sante.com