Brève

Le monde va sans aucun doute faire face à une pénurie de préservatifs

Par
Publié le 08/04/2020
Covid-19

Covid-19
Crédit photo : GARO/PHANIE

L'ONU tire la sonnette d'alarme. Conséquence de la crise du Covid-19, la fabrication et donc l'offre de préservatifs a fortement ralenti. En témoigne le géant malaisien Karex, qui fabrique un préservatif sur cinq dans le monde, durement touché par les restrictions. Il s'attend à une baisse de production de 200 millions de préservatifs par rapport à la normale de mi-mars à mi-avril. Karex a dû fermer temporairement ses trois usines malaisiennes au début du strict confinement imposé dans le pays. Le groupe a depuis été autorisé à reprendre la production, mais avec 50% de sa main d'oeuvre habituelle pour l'instant. L'agence des Nations unis chargée de la santé sexuelle et reproductive qui collabore avec les programmes de planning familial, souligne que le principal problème est de pouvoir livrer les préservatifs aux communautés les plus pauvres et les plus vulnérables, les plus à risque si les stocks sont épuisés. "Une pénurie de préservatifs, ou de n'importe quel contraceptif, pourrait déboucher sur une hausse des grossesses non désirées, avec des conséquences désastreuses pour la santé et le bien être d'adolescentes, de femmes et de leurs partenaires et familles", a souligné son porte-parole. L'agence craint aussi une hausse des avortements risqués et un bond des maladies sexuellement transmissibles et notamment du VIH. Heureusement, les producteurs chinois ont rouvert leurs portes. Le leader HBM Protections, qui fabrique plus de un milliard de préservatifs par an souhaite tripler sa production d'ici à la fin de l'année.


Source : decision-sante.com