Les Français aiment les bébés, quoi qu’il leur en coûte

Publié le 05/11/2015

Crédit photo : BURGER/PHANIE

Seules les fécondités de la France et de l’Allemagne paraissent insensibles à la crise. La France ayant pour spécificité une fécondité à la fois stable et élevée au cours de cette période, alors que la fécondité allemande, bien qu’en légère progression depuis 2011, est restée basse. La France semble faire figure d’exception, ce qui devrait faire taire les pessimistes patentés qui sont légion.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.