Brève

Martin Hirsch réclame une dérogation à la limite des 100 km pour les congés des personnels de l'AP-HP

Par
Publié le 13/05/2020
Covid-19

Covid-19
Crédit photo : arnaud janin

"Le moment est venu de prendre des mesures", explique Martin Hirsch. Le capitaine du paquebot AP-HP a pris la défense de ses équipes ce matin lors de son audition devant la commission des affaires sociales du Sénat en webréunion ouverte à la presse. "Les équipes se sont mobilisées d'une manière absolument remarquable. Ce mode de fonctionnement (pendant la crise) était assez proche de l'idéal, avec des objectifs très définis et très simples et une solidarité sans faille." L'empathie du DG de l'AP-HP est même montée d'un cran avec ces propos : "Les professionnels de l'hôpital ne se sont jamais considérés comme des héros, mais ils ont simplement voulu être à la hauteur de l'enjeu."

Martin Hirsch qui a donné de la laxité aux personnels de l'AP pour augmenter les heures sup' pendant la crise souhaiterait maintenant les voir se reposer avant une éventuelle deuxième vague. Dans cette optique, il réclame auprès des pouvoirs publics une dérogation qui leur serait accordée pour dépasser la limite des 100 km afin de prendre des congés en dehors de l'Ile-de-France. A la question de la sénatrice Laurence Cohen sur son suivisme gouvernemental quant à la gestion budgétaire au plus serré, Martin Hirsch répond ne pas avoir changé de position entre avant et après la crise. Ainsi, il s'est même dit aussi favorable à une hausse des rémunérations des personnels paramédicaux.

Concernant le manque d'équipements et de médicaments durant la crise, il est favorable à "agir sur les causes", à savoir faire gérer les stocks par l'AP-HP "afin que "ces problèmes structurels ne reviennent pas en juin, juillet ou les mois suivants".

Sur les difficultés de recrutement et de formation, Martin Hirsch réclame un système plus souple, et la poursuite de financement par le mécénat. Cette confiance accrue des acteurs, il la revendique pour obtenir plus de marges de manoeuvre des organisations hospitalières : "Il faut garder l'esprit public à l'hôpital sans avoir le tatillonisme public".

 


Source : decision-sante.com