Tribune Jean-Pierre Blum

Obésité, un gros problème qui pourrait bénéficier de la technologie

Publié le 14/04/2022
La télémédecine offrirait de nouvelles possibilités de réduire les obstacles à la prise en charge de l'obésité auxquels sont confrontés les prestataires de soins, les patients et les régimes de santé, sous la plume de Kahan S, Look M, et Fitch A dans un article du journal international Obesity, la revue de The Obesity Society.

On estime que d'ici 2030, près de 80 % des adultes aux États-Unis seront atteints de » préobésité » ou d'obésité (39,2% sur la même cible en 2021 selon la FDA). Selon les auteurs de l'étude, malgré l'augmentation continue de la prévalence de l'obésité et les difficultés rencontrées par de nombreux patients pour perdre du poids et le maintenir, le recours aux traitements soutenus par les lignes directrices, tels que la pharmacothérapie, la thérapie comportementale intensive et la chirurgie bariatrique, reste sous-utilisé. Parmi les obstacles notables à l'utilisation de ces traitements et à une gestion efficace du poids à long terme figurent l'accès limité aux soins spécialisés, le coût élevé, la disponibilité limitée de spécialistes formés en médecine de l'obésité et en gestion du poids, ainsi que la couverture limitée des assurances.

 

Des aspects facilitateurs

« Les prestataires de soins de santé et les décideurs reconnaissent de plus en plus le potentiel de la télémédecine et des soins de santé à distance », a déclaré Scott Kahan, MD, MPH, FTOS, directeur du National Center for Weight and Wellness, Washington, DC, et instructeur à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore, Md. « L'utilisation de la télémédecine pour la gestion des maladies chroniques, y compris l'obésité, est essentielle pour soutenir l'accès à des soins de santé de qualité, en particulier pour les personnes à mobilité réduite, celles qui sont sous-assurées ou non assurées et celles qui vivent dans des zones géographiques où les options de soins de santé sont limitées ». M. Kahan est l'auteur principal de l'article.

Les auteurs de l'étude notent en particulier que le manque d'accès aux prestataires de soins de santé ayant une formation en médecine de l'obésité et aux équipes de traitement interdisciplinaires constitue un obstacle important à l'efficacité des soins. Les auteurs ajoutent que les obstacles géographiques, en particulier dans les zones rurales, réduisent encore l'accès aux soins. L'accès peut également être limité par un manque de temps perçu et la priorité relativement faible accordée au traitement de l'obésité lors des visites au cabinet de soins primaires. Les auteurs écrivent que « le succès des programmes de gestion du poids s'améliore avec des visites plus fréquentes ».

Confirmation

Dans un rapport de 2016 du département américain de la santé et des services sociaux (Ministère Fédéral de la Santé américain, il a été estimé que 61% des établissements de santé aux États-Unis utilisaient déjà les outils de la télémédecine. La pandémie de SARS 2 de COVID-19 a entraîné l'expansion rapide de ces technologies car la plupart des patients n'ont pas pu, voulu ou ont été dissuadés de recevoir des soins en personne. Selon les Centers for Disease Control and Prevention, il y a eu une augmentation de 154 % des visites de télésanté au cours de la première année de la pandémie de COVID-19.

Les auteurs affirment que la télémédecine offre de multiples possibilités pour lever les principaux obstacles à l'amélioration du traitement de l'obésité. Les prestataires de soins primaires peuvent orienter les patients vers des spécialistes situés au-delà de leur zone géographique afin d'améliorer l'accès aux soins. Un essai clinique randomisé portant sur des hommes et des femmes défavorisés sur le plan socio-économique, souffrant d'obésité et présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire, a montré que la perte de poids était plus importante grâce à une application numérique et aux conseils d'un clinicien.

Des pistes

Les interactions virtuelles entre les patients et les prestataires de soins peuvent être moins coûteuses et plus rentables que les visites en personne. Dans une étude réalisée par Spring et ses collaborateurs, les chercheurs ont évalué les différents composants des traitements comportementaux de l'obésité, y compris ceux dispensés à distance, afin d'évaluer leur rapport coût-efficacité en termes de contribution à la perte de poids sur une période de six mois. L'ensemble des traitements - comprenant une application pour smartphone, des objectifs personnalisés, des leçons en ligne, des appels de coaching, un compagnon de soutien et des rapports d'avancement envoyés à un prestataire de soins primaires - a permis à près de 60 % des participants de perdre au moins 5 % de leur poids corporel initial, une perte de poids qui entraîne une amélioration du diabète, du risque cardiovasculaire et de la qualité de vie liée à la santé.

De la robustesse dans le temps

En réduisant le temps et les ressources nécessaires à de fréquents rendez-vous de conseil, la télémédecine peut également contribuer à améliorer l'adhésion à long terme. Dans une étude, les patients qui ont participé à une visite d'intervention pour la perte de poids par vidéoconférence, comparés à ceux qui y ont assisté en personne, ont montré un taux de rétention de 96 % pour ceux qui ont participé virtuellement, contre 70 % pour le groupe en personne.

Les défis liés à l'utilisation de la télémédecine comprennent la nécessité de former les prestataires de soins de santé à la mise en œuvre des soins à distance et l'obtention d'une licence pour un logiciel de vidéoconférence sécurisé conforme au Health Insurance Portability and Accountability Act. D'autres limitations peuvent inclure l'accès du patient à une connexion Internet fiable et les préoccupations concernant le remboursement des assurances.

Les aspects psychologiques et les associations

Kahan et ses co-auteurs expliquent que les recherches futures devraient se concentrer sur l'engagement des patients, ainsi que sur l'évaluation des phénotypes de patients susceptibles de contribuer à l'amélioration des résultats à long terme dans les programmes exclusivement virtuels. Les profils optimaux des patients (par exemple, l'étendue des comorbidités liées à l'obésité) devraient être pris en compte pour la prescription de la pharmacothérapie par télémédecine.

En conclusion, si la piste technologique s’avérait utile, il ne faut pas oublier qu’elle n’est qu’un outil au service de la santé publique dont les résultats doivent être mesurés sur des cohortes larges et significatives, tenir compte de tous les abus des prédateurs financiers qui ne manqueront de pointer le bout de leur nez. Dans ces conditions, les éléments psychologiques, le gain de temps, la facilité d’usage et l’entrée dans la culture digitale devraient, dans un contexte éthique, être sans doute un contributeur significatif à la prévention d’un des maux du siècle du monde occidental. Si l’on voulait aborder ce problème de façon systémique et à moindre coût, il faudrait particulièrement éduquer les enfants à l’école, dépister les patients génétiquement fragilisés et surtout contrôler les promesses des industriels de la mal bouffe. Mais l’on sait que les dividendes n’ont guère de morale pour personne.

 

Source : The benefit of telemedicine in obesity care. Obesity (Silver Spring). 2022 Mar;30(3):577-586. doi: 10.1002/oby.23382 National Center for Weight and Wellness, Washington, DC, USA. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Baltimore, Maryland, USA. San Diego Sports Medicine and Family Health Center, University. of California San Diego, San Diego, California, USA. Massachusetts General Hospital Weight Center, Boston, Massachusetts, USA. Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, USA.


Source : decision-sante.com