Sécurité des systèmes d’information, le manque de sécurité nuit gravement à la santé

Publié le 16/03/2017
Pierre Ricordeau est le secrétaire général des ministères chargés des Affaires sociales et Haut Fonctionnaire de défense et de sécurité (HFDS). C’est donc l’autorité réglementaire de la sécurité des systèmes d’information socio-sanitaires. Remettant des prix Blaise-Pascal sur la protection des données à Cité des Sciences de Paris, il a profité de ce rendez-vous annuel sur la contribution du numérique à la santé publique, initié par le député Gérard Bapt au nom de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, pour pointer le caractère hautement stratégique de la sécurité logique et de la protection des personnes. Une première publique. Serait-ce que la situation est préoccupante ?
visuel Ricordeau

visuel Ricordeau
Crédit photo : FRANCOIS LEVRAT

Si la France n’a pas connu – encore, serait-on tenté de dire – de cybercataclysme en matière de santé connectée, il n’est pas pour autant question de relâcher notre effort. En effet, les menaces et les risques ne font que croître et embellir à la mesure du développement numérique connecté et mondialisé.

Le temps ne fait rien à l’affaire

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.