Dans mes rêves d'enfant, je m'imaginais héros de roman. Quelques décennies plus tard, je suis devenu figurant d'un document. C'est enfin la gloire. Mon adresse figure presque en titre sur la couverture du livre. Certes, à l'époque de twitter et de la téléréalité, il me faut garder la tête froide. L'auteure, par discrétion, ne me cite jamais. Mon pharmacien, ma libraire sont en revanche gentiment portraiturés. Pour autant, je m'interroge. L'entomologiste Géraldine Smith clive mon quartier en deux espèces distinctes, non pas les bons et les méchants, mais les barbus et les bobos.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte