Britannicus frôle la perfection

Publié le 12/05/2016

Crédit photo : Brigitte Enguerand

Après Phèdre, Agrippine. Dominique Blanc pour son entrée comme pensionnaire à la Comédie française, troque la passion inavouable pour l’exercice du pouvoir. Mais là encore la fin sera tragique. Pour autant, les pièces de Racine ne se réduisent pas à leur intrigue. Elles livrent au public le bonheur d’entendre une nouvelle fois l’alexandrin racinien. Cette langue n’a pas encore sacrifié la beauté à la banalité du mot à sa valeur d’usage. Grâce au travail de la troupe, le vers est récité au naturel comme sans effort.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.