François Kaag**

Hébergement de données de santé : la norme et le sens de la norme

Publié le 29/10/2015

La complainte ultralibérale entonnée ces dernières années fait de l’hébergeur de données de santé à caractère personnel le croque-mitaine d’initiatives généreuses. L’amélioration de la santé publique et individuelle au travers des technologies de l’information et de la communication devient un leitmotiv. En verrouillant à l’excès l’accès aux données, « une perte de chance pour les personnes concernées » serait à la clé. Le quotidien des hébergeurs est plutôt à rebours de cette vision.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.