Faut-il prendre parti avant ce second tour ? Ils (les partis) sont mal en point. Les républicains et le parti socialiste éliminés au premier tour, le clivage gauche-droite s’efface au profit d’une nouvelle fracture ou plutôt frontière, être pour ou contre l’Europe. Ce nouveau clivage traverse tous les pays du Vieux-Continent. Il renvoie les économistes à leurs chères études. La politique reprend tous ses droits non sans heurts. Elle provoque des mouvements de plaques tectoniques bouleversant les anciens équilibres.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte