Brève

La fin du rêve du cosmonaute

Par
Publié le 08/09/2016

Née en 1982, Elitza Gueorguieva fait partie de ces jeunes auteures qui attirent l’attention dès qu’on les découvre. Son premier roman Les cosmonautes ne font que passer semble largement autobiographique. Comme l’héroïne de ce roman, elle a sept ans lors de la chute du mur de Berlin en 1989 et vit en Bulgarie avec ses deux parents. L’histoire raconte cette petite fille qui vit d’abord dans une dictature communiste très idéologique mais sûr de ses valeurs immuables. La fin de ce monde ne correspond pas seulement à la fin d’un rêve incarné par son grand-père communiste et résistant.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.