Démocratie sanitaire

La longue marche

Par
Publié le 04/05/2021
Le concept de démocratie, toujours fertile, a donné naissance il y a moins de vingt ans au concept de démocratie sanitaire. Le patient, désormais majeur, obtenait des droits. Au-delà de la page d’histoire retracée ici par les témoins directs, et d’une idée toujours en mouvement avec le modèle de Montréal, la crise sanitaire révèle aussi la fragilité de cette conquête. Entre jacobinisme politique du gouvernement et ivresse d’une certaine puissance, faudrait-il déjà instituer des contre-pouvoirs ?

Le Sars CoV-2 a tué en France plus de 100 000 victimes. Mais il met aussi à l'épreuve une idée comme la démocratie sanitaire. Depuis la reconnaissance officielle gagnée avec le vote de la loi Kouchner du 4 mars 2002, le succès du concept inventé par Didier Tabuteau paraissait irrésistible. Il a buté pour un temps contre la déferlante d'un nouveau virus. Même le conseil scientifique s’est ému de l’absence de concertation avec les associations de patients, verticalité de la prise de décision oblige.

Vouvoyer les malades

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte