Anne Lécu

Anne Lécu
Crédit photo : FLORENCE BROCHOIRE

Ce portrait relève du paradoxe. Comme brosser une image « fidèle » sans toutefois réduire le sujet à ce que l’on a perçu de lui au cours d’une conversation, d’un échange ? Cette simple question est soulevée par Anne Lécu dans ses livres. « On n’a pas à décider de ce qui est bien ou ce qui est mal. » Tu ne jugeras pas, exige Dieu. De quel droit en effet, un portrait même bienveillant s’autorisait-il à délivrer ici un bon point, là à condamner ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte