Le portrait du mois

L'engagée

Par
Publié le 11/05/2017
Anne Lécu

Anne Lécu
Crédit photo : FLORENCE BROCHOIRE

Ce portrait relève du paradoxe. Comme brosser une image fidèle sans toutefois réduire le sujet à ce que l’on a perçu de lui au cours d’une conversation, d’un échange ? Cette simple question est soulevée par Anne Lécu (sœur Anne) dans ses livres*. « On n’a pas à décider de ce qui est bien ou ce qui est mal. » Tu ne jugeras pas, exige Dieu. De quel droit en effet, un portrait même bienveillant s’autoriserait-il à délivrer ici un bon point, là à condamner ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.